Tag Archives: rap

B-Lel, Deparone: les gars qui foncent

1 Avr

B-Lel, 22 ans, « une tête d’ange avec une douceur de bucheron » comme il se décrit lui-même dans le clip et le titre qu’il a enregistré pour la dernière compilation Give Me Five.

Un titre fort, puissant et intelligent à l’image de cet artiste reconnu et encore méconnu que certains considère comme la relève du rap bruxellois. Une étiquette qu’il refuse logiquement qu’on lui colle, comme il l’expliquait dans son interview à découvrir prochainement dans Yo? Non, peut-être !

Mais avant le documentaire, il y a toujours ces freestyles que je distille chaque semaine pour lever le voile sur certains acteurs de la scène.

Et quoi de plus normal dès lors que d’associer ce nouveau teaser à Déparone, activiste infatigable du mouvement hip-hop en Belgique

Non content d’avoir rhabillé les magasins comme les bruxellois, il a décidé de tourner aux 4 coins du plats pays avec sa caméra pour capturer des instants d’un monde rap en perpétuelle évolution.

Des freestyles qui s’ouvrent même à l’international et qui l’ont amené aujourd’hui à se lancer dans la réalisation de clip.

A découvrir et à redécouvrir, vous connaissez la chanson, non peut-être ?

L’AB(7/2C), OVNI du Hip-Hop

24 Mar

Qui a dit que le Hip-Hop n’était qu’une musique de gangsters et de voyous ? Certainement pas L’AB7. Issu du collectif OPAK, groupe hybride et culte pour les fans de rap en Belgique, il a écumé de nombreuses scènes en compagnie de Scylla, Karib et Masta Pi. Aujourd’hui c’est en solo que L’AB7 poursuit sa carrière.

L’artiste a un profil et un style plutôt atypique:  tatouages et look punk-rock n’roll, auxquels il vient y greffer des accessoires Hip-Hop et bling-bling qui lui ont permis de se construire tout un personnage original. Un personnage qui trouve son alter-ego en la personne de L’AB2C, alias le vilain double de L’AB7 qui se fringue en rose et raconte des horreurs au microphone.

 

Dualité / technicité

De cette dualité, entre un rappeur sombre et conscient et un clown obsédé sexuel, est née un artiste complet en marge d’un mouvement Hip-Hop parfois très strict et très « street ». Qu’à cela ne tienne, avec des années de « Battles » et de scènes partout en Belgique, l’artiste a réussi à la sueur du micro à rallier à sa cause une grande partie de la scène rap, dans toute sa diversité.

Le voici donc logiquement en freestyle pour Yo ? Non, peut-être !, dans une vidéo tournée par moi-même à Schaerbeek, montée encore une fois par Majin Tikal.

Convok et la séance de « punchlines »

18 Mar

Voici le deuxième épisode de la série des « freestyle » réalisés dans le cadre de mon documentaire sur le Hip-Hop à Bruxelles: Yo ? Non, peut-être !.

Dans cette nouvelle vidéo, le rappeur bruxellois Convok passe devant la caméra pour une petite séance de « punchlines ». Pour les moins connaisseurs, la punchline est la balle dans le pistolet verbal d’un rappeur. Elle prend différentes formes et s’apparente à une phrase choc ou un enchainement de rimes. La punchline est là pour passer des messages ou comme simple exercice de style.

En voici une petite démonstration, enregistrée au « Roi des Belges » célèbre bar du quartier des Halles-Saint-Géry dans le centre ville de Bruxelles.

Yo ? Non, peut-être !

11 Mar

Yo ? Non, peut-être ! Immersion dans la musique Hip-Hop à Bruxelles. Voilà le titre complet du documentaire dont je vous parle depuis près d’un an et demi sur le blog. Un docu que j’ai réalisé seul, avec ma petite caméra HD.

Un travail qui a demandé des mois de préparation et plus d’un an de tournage. Aux quatre coins de Bruxelles (vous reconnaitrez sans doute la carte de la ville dans le logo), dans les concerts, les studios d’enregistrements, les magasins, la rue… partout j’ai trainé mes baskets et ma caméra pour capter le rythme et les messages d’un genre musical en plein mouvement.

Freestyles et montage

Au bout d’une vingtaine d’interviews avec certains des acteurs majeurs du Hip-Hop d’hier et d’aujourd’hui (Benny-B, Fourmi, Pitcho, Akro, James Deano, Scylla, Gandhi, BD Banx, 13Hor, L’AB7, B-Lel, La Rez, Hoomam, Deparone, …), le tournage s’est enfin achevé la semaine dernière. A présent, je suis en train de monter le projet et de mettre en scène ces dizaines d’heures d’images.

Histoire de partager un peu ce travail avec vous avant la sortie officielle, je mettrai plusieurs freestyles enregistrés par les rappeurs bruxellois en ligne. A commencer par celui-ci, avec Scylla, l’une des figures de la scène de « Bx« . C’est d’ailleurs son clip, « BX Vibes« , qui m’a donné le déclic pour me lancer vraiment dans cette aventure. Voilà donc le premier « teaser » ;)

Même si j’ai réalisé le documentaire tout seul, j’ai été aidé par différentes personnes. Notamment Déparone, du label Give Me 5 qui m’a conseillé et ouvert les portes à de nombreux contacts.

Plus tard, Julien Kremer s’est occupé du graphisme et de l’habillage visuel du docu; il confectionne encore la future illustration de « YNPE ».

Et enfin, last but not least, je suis actuellement en phase de montage avec Majin Tikal, un petit génie du genre, drogué à des noms qui claquent et cognent fort comme Kourtrajmé, Chapiron, Cassel, Assassin, Koenen et Tarantino.

Vous avez pu retrouver cette aventure à la rentrée 2011 dans un documentaire de 26 minutes. D’ici là, j’espère que les freestyles vous ont plu, Yo !

Les autres freestyles:

Convok et la séance de « punchlines »

L’AB(7/2C), OVNI du Hip-Hop

B-Lel, Deparone: les gars qui foncent

La Rez, voix des quartiers bruxellois

James Deano, rien à déclarer

13Hor, poids lourd à coeur ouvert

La bande-annonce:

James Deano rappe 5 sur 5

3 Mar

Décidément, après deux ans d’absence le rappeur James Deano a bien l’intention de faire parler de lui. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça marche ! Tout commence avec un clip pop et kitsch qui divise son public et agite les pages Facebook avant de revenir ensuite avec un excellent sketch en guise de réponse parodique.

Cette fois, James Deano s’est associé avec Déparone et son label bruxellois Give Me Five pour réaliser un « freestyle » vidéo. Dans ce mini clip, on retrouve « le buzz et l’argent du buzz » une chanson extraite de la future compilation du label qui sortira ce samedi 5 mars sur le web.

Deano et Give Me Five, un duo qui occupe une bonne place dans le 5 de base du Hip-Hop belge. Histoire de ne pas laisser ses fans en reste, le fils du commissaire vient d’ailleurs de lancer ses freestyle de la semaine sur sa page Facebook. Voici l’épisode 1.

Le meilleur clip de rap du monde

27 Fév

Ce n’est pas moi qui le dit mais les fans de l’excellent site débilo-humoristico-geek « 10 minutes à perdre« . Un site dont je vous parlais déjà il y a un peu moins d’un an sur l’ancien blog. Ce duo comique, en plus de délivrer chaque jour un condensé de l’inutile-indispensable du web, distille des sketchs et autres chansons à l’occasion pour le plus grand bonheur des internautes. Leur hit, une chanson absurde au nom sans équivoque: « Vraiment PD »

Ils arrivent aujourd’hui avec une nouveauté, un clip de rap tout pourri filmé avec une vieille handycam à cassette. Leur mission: nous apprendre l’anglais et le breakdance en même temps. Ce clip oldschool, largement inspiré par une vieille chanson d’NTM, nous replonge un peu dans l’univers coloré et graffiti du début des années 90.

 

 

L’occasion d’ailleurs pour Baptiste et Gaël de rhabiller leur site aux couleurs et tendances des années 90’s. Depuis quelques jours, ils relayent tout une série de vieux buzz d’une époque où l’on faisait autre choses de nos journées que de regarder des vidéos sur YouTube.

Ça parait parfois si loin… d’ailleurs si vous prenez un coup de vieux, je vous conseille d’aller faire un tour sur cet excellent site.

BD Banx fait « jumper » rap et rock

19 Fév

L’artiste belge BD Banx poursuit son évolution musicale du Hip-Hop au rock dans un style très particulier et authentique. Pour opérer cette fusion des styles, dans un genre parfois fermé aux mélanges, l’artiste ose casser les clichés et les codes du rap, pour amener la musique à un nouveau niveau.

Ceux qui le connaissent déjà depuis l’époque de « LPC » ou du « Chant Des Loups » ne devraient pas être trop surpris par son évolution musicale, le flow du comparse de Youssoupha est resté intact.

Grosses moustaches

Pour ceux qui le découvrent,  c’est l’occasion de poser un regard différent sur une musique sans barrières, loin des clichés, dans laquelle un rappeur peut s’entourer d’un « band » pour donner une toute nouvelle atmosphère a des textes conscients comme aux meilleures « punchlines ».

Histoire de lancer ce nouveau projet comme il se doit, BD Banx arrive avec un véritable OVNI, clip aux tendances 70’s avec des grosses moustaches. Réalisé par François Chandelle, on assiste à la mise en images décalée de « Jump », un titre indy-grunge-rap-fusion-noisy, appellez ça comme vous voulez !

 

Un titre qu’il a défendu sur scène à la Boutik Rock ce jeudi 17 février où je l’ai filmé dans le cadre de mon reportage sur le Hip-Hop bruxellois Yo ? Non, peut-être!, en phase de fin de tournage.

La sombre déchéance de James Deano

19 Fév

Je vous en parlais il y a quelques semaines, le rappeur belge James Deano fait son grand retour sur la scène musicale…mais tout ne se passe pas vraiment comme prévu.

Son dernier clip « Dream Love » a reçu un accueil plutôt mitigé de son public qui lui reproche de trop s’écarter de la rue. Mais depuis…c’est le drame. Seul et incompris par ses anciens fans, paradoxalement, c’est en plein cœur de la rue qu’on le retrouve.

Les caméras de Nicolas Ceuppens pour « 50 Minutes Outside » l’ont suivi dans une journée comme tant d’autres sur le pavé namurois. Le résultat est accablant.

Salut l’artiste…

James Deano est de retour !

5 Fév

Et oui, le fils du commissaire fait son come-back dans la musique après un petit détour par les salles de cinoche et le stand-up.

Histoire de frapper un grand coup d’entrée de jeu, on retrouve un James Deano décalé, drôle et plutôt surprenant dans un clip très flashy aux influences 80’s. La chanson « Dream Love » est extraite d’un projet musical assez fou dont je vous reparlerai très vite. Elle raconte l’histoire d’un mec qui tombe amoureux d’une inconnue et qui n’ose pas lui déclarer sa flamme.

Ok, décrit de cette façon ça sent un peu la sitcom AB Productions, mais rassurez-vous, quand Deano s’attaque à l’amour il le fait avec sa gouaille et son style, spécialement pour vous les ladies !

Dans une interview qu’il m’accordait pour le reportage sur le Hip-Hop bruxellois  (« Yo ? Non, peut-être ! »), Deano explique qu’il repart dans un projet musical en « voulant tout reconstruire« , avec une « liberté totale« . Après avoir connu un énorme succès en 2008 avec son hit « Les Blancs ne savent pas danser », il s’était retiré de la musique pour se concentrer à ses nouvelles occupations humoristiques.

Mais on le retrouve en 2011, ressourcé et motivé comme jamais, l’un de ses « kiffe » serait de « se faire sponsoriser par une marque d’eau« . Un rappeur sponsorisé par une marque de flotte ce serait l’anti bling-bling par excellence, c’est tout James Deano.

Nouveau projet

Sans maison de disque, entouré de potes, d’artistes et de jeunes talents du mouvement, on retrouvera très vite un rappeur prêt à prendre tous les risques et tester tous les genres. N’en déplaisent à certains puristes du Hip-Hop.

Mais pour ceux qui l’ignoreraient encore, Deano est tout sauf un produit marketing ou un simple rappeur comique. Présent dans le milieu depuis plus de 10 ans, il a etrenné ses vieilles baskets dans des mixtapes et des projets rap aussi « street » que variés.

Vous le verrez d’ailleurs bientôt sur le blog dans un freestyle inédit, en attendant voici donc le tout dernier clip de James Deano : « Dream Love » réalisé par Alex Barbieux et Patrick Kiaba.

Les 100 plus grands classiques du rap français

17 Jan

Sur les recommandations d’un ami, je suis tombé sur cet ancien article de l’excellent site de l’Abcdrduson, qui au bout de plusieurs semaines de travail, a établi une liste commentée et illustrée des 100 meilleurs titres du rap français.

L’occasion pour certains de découvrir de véritables bijoux ou pour les amateurs de se replonger dans leur jeunesse musicale. Quoiqu’il en soit, ce classement ne devrait laisser personne indifférent. Forcément, ça parlera plus aux connaisseurs du genre…personnellement je viens de passer une heure d’introspection rapologique à lire ce classement et à réécouter les titres sur YouTube, un vrai plaisir.

Découvrez le classement ici.

Les dessins sont signés du Crew des Haterz. Un site, à l’instar de l’Abcdrduson, qui vise à apporter une vision intellectualisée, parfois drôle et toujours réfléchie du rap français. Une vraie bouffée d’air frais dans un web Hip-Hop parfois noyé dans les « street-clips » et les vidéos de promos pas toujours bien réalisées.

Pendant ce temps là, je continue le tournage de mon documentaire, sur le rap…bruxellois cette-fois. Mais on en reparle très bientôt…